Aller au contenu

Pourquoi est-on fatigué(e) à l’arrêt du tabac ?

  • par

Fatigue et tabac

Avec plus de 15 millions de fumeurs en France, la consommation de tabac est devenu un enjeu de Santé Publique. De nombreux dispositifs d’accompagnement existent dans notre pays afin d’aider chaque fumeur à diminuer son absorption de cigarettes voire à arrêter totalement son addiction à la nicotine. L’arrêt du tabac offre de nombreux bénéfices à notre santé, mais provoque également des symptômes, dont la fatigue. Si vous souhaitez arrêter de fumer du tabac ou bien que vous êtes dans cette phase est vous avez du mal nous vous conseillons d’essayer le sevrage tabagique laser.

Les principaux symptômes lors de l’arrêt du tabac

Pas de panique ! Même si des symptômes peuvent apparaître lorsque vous décidez d’arrêter de fumer, ceux-ci sont une réponse normale de l’organisme et finissent par s’estomper puis disparaître.

La fatigue, principale conséquence du sevrage tabagique

Il est tout à fait courant de ressentir une grande fatigue lors d’un sevrage au tabac. Cette fatigue peut s’accentuer dans les six à douze semaines qui suivent le début de votre arrêt. Pourquoi ? Cet état s’explique par deux phénomènes directement liés à votre santé. D’une part, le manque de nicotine ressenti par votre physique, habitué à en recevoir une certaine dose chaque jour. N’ayant plus ce psycho-stimulant dans le sang, vous ressentez une baisse de tonus et d’énergie. D’autre part, le corps qui se nettoie et se purge donc brûle beaucoup d’énergie : c‘est le phénomène de désintoxication.

Comment y remédier ?

Tout d’abord, inutile de stresser ou paniquer, c’est un état naturel, une réponse de votre anatomie qui perd les mauvaises habitudes auxquelles il était habitué. 

Voici quelques conseils :

  • Pratiquer la relaxation, sophrologie ou méditation afin de garder son calme et de maîtriser son stress pendant les journées les plus difficiles.
  • S’offrir des pauses dans vos journées personnelles ou professionnelles afin de ne pas arriver à un état de “saturation” qui vous ferait craquer
  • Dormir environ 8h chaque nuit pour faciliter le nettoyage de votre anatomie et maintenir son état de santé
  • S’hydrater et manger équilibrée : 1.5 L d’eau par jour, fruits et légumes à volonté !  
  • Se féliciter chaque jour de réussir à tenir le cap, cela nourrit votre cerveau et votre ego !

Les vertiges

L’arrêt du tabac provoque une augmentation de l’oxygénation de vos cellules ce qui peut entraîner des sensations de vertige, d’étourdissements. Ne cédez pas à la panique ni au stress qui peuvent provoquer une aggravation de cette sensation désagréable, certes, mais qui cessera en quelques jours.

Comment s’en défaire ?

Comme pour le symptôme précédent, la relaxation est un excellent exercice pour vous permettre de dompter votre anxiété et d’atténuer les vertiges. Il peut être intéressant de respirer profondément pendant quelques minutes, voire de s’étirer et bâiller pour détendre votre corps.

Les troubles du sommeil

Votre sommeil peut être perturbé pendant environ 1 mois après le début de votre sevrage. Votre sommeil peut être perturbé pendant environ 1 mois après le début de votre sevrage.

Nos conseils

Tout comme la cigarette qui est un excitant, nous vous conseillons d’éviter de consommer des produits contenant de la caféine tels que les sodas ou le café. De même que précédemment, avant de vous coucher, il est recommandé de pratiquer des activités détente qui ont des effets positifs sur votre organisme, afin d’augmenter vos chances de dormir d’un sommeil calme et réparateur.

Les troubles du transit : la constipation

Les effets du sevrage tabagique sur votre transit peuvent durer jusqu’à 1 mois. La nicotine contenue dans le tabac étant un stimulant du système digestif, votre corps est habitué à éliminer vos déchets après vos pauses cigarettes. Pendant l’arrêt, votre anatomie cherche à retrouver ses fonctions d’élimination naturelle.

Comment y remédier ?

L’alimentation et l’hydratation sont les clés d’un transit régulier. Les effets de la consommation de fruits et légumes ainsi que la pratique d’une activité sportive ont des effets bénéfiques sur ce souci transitoire.

Les troubles de l’humeur

Privé de nicotine, votre anatomie peut traduire cette privation comme de la colère, de l’irritabilité, de la tristesse ou de l’impatience. Ces émotions négatives peuvent être inversées, d’une part avec le temps, d’autre part en essayant de partager des bons moments avec votre entourage afin de rire au maximum pour conserver une bonne humeur.

La prise de poids

Peur n°1 des fumeurs lors du sevrage tabagique, la prise de poids peut être une des conséquences, car la sensation de faim est plus présente et vous pouvez développer une attirance pour les aliments sucrés.

En effet, avec l’arrêt du tabac, votre odorat ainsi que votre goût reviennent à la “normale” ce qui a pour conséquence, une augmentation de l’appétit et du plaisir de manger. À vous de vérifier si vous avez réellement faim ou si cela est une juste une alternative à votre envie de fumer.

Nos conseils

Lors de périodes de grignotage, essaye de consommer des aliments sains et peu caloriques tels que des protéines ou des fruits.

Une toux persistante

Après un arrêt du tabac, votre système respiratoire se débarrasser des composants nocifs de la cigarette et régénère. Il est alors possible de tousser la journée comme la nuit. Une hygiène de vie équilibrée (sport, alimentation et hydratation) peut vous aider à dépasser cette étape. 

Vous aimerez également :

pierre passionné mutuelle sante

Je suis pierre, passionné par les avancées médicales et le bien etre. Je vous partage, au travers de ce site, des avis, conseils et l’actualité du secteur. Ces informations ne remplacent aucunement les prescriptions d’un médecin et je vous invite à consulter un professionnel en cas de doute.