Dossiers santé

Les maladies hivernales tout savoir pour les mettre KO !

Chaque année, en hiver, c’est toujours la même histoire : le grand retour des virus saisonniers, provoquant rhumes, bronchites, grippes, gastro-entérites… et les tracas qui les accompagnent… Pour mettre toutes les chances de son côté et ainsi les éviter cette année, quelques mesures de prévention s’imposent.

 

Qui sont ces virus de l’hiver ?

On distingue deux grandes familles de virus hivernaux :

  • Les virus respiratoires : responsables de rhumes, rhinopharyngites, grippes saisonnières, bronchites.
  • Les virus responsables de gastro-entérites.

 

Ces maladies qui nous envahissent chaque année

Les rhumes : il existe plus d’une centaine de virus responsables des rhumes. Ces micro-organismes provoquent une infection des voies respiratoires dites "supérieures" soit le nez et la gorge. La période d’incubation est de deux jours environ. Les symptômes se caractérisent par des maux de gorge, des écoulements de nez, des éternuements, ces signes sont souvent suivis de maux de tête, frissons, douleurs dans les muscles et articulations, mal-être généralisé… Le rhume s’installe pour 2 à 7 jours en moyenne et peut être accompagné d’autres difficultés comme l’inflammation des bronches, des oreilles, de la trachée…

 

Les bronchites : la bronchite aiguë est une inflammation des bronches, la plupart du temps due à des virus. Elle se manifeste par une douleur à la poitrine, une toux en général grasse, accompagnée d’un essoufflement et d’une difficulté à bien respirer. Dans la plupart des cas, fièvre et maux de tête apparaissent. La bronchite dure quelques jours.

 

Les grippes saisonnières : Il existe trois types de grippes saisonnières - A, B et C. Chaque type comprenant des sous-types. Elles traversent le monde entier et touchent toutes les tranches d’âges. Les personnes les plus fragiles (enfants, personnes âgées, personnes immunodépressives…) doivent faire l’objet d’une attention particulière car très vulnérables.
Les grippes sont très contagieuses et se caractérisent par l’apparition d’une forte fièvre, de maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires, mais aussi de toux, maux de gorge, écoulement de nez, le tout accompagné d’un mal-être physique général. La période d’incubation est en moyenne de 2 jours et la durée de la maladie d’environ une semaine.
La vaccination est un bon moyen de prévention.

 

Les gastro-entérites : Les gastro-entérites virales, c’est-à-dire causées par l’attaque d’un virus, sont les plus fréquentes. Les professionnels de santé s’accordent à dire qu’elles représentent les deux tiers de ces infections. Les symptômes arrivent en général brutalement : maux de ventre, nausées, vomissements, diarrhées, ainsi que des maux de tête et de la fièvre. Un des dangers de cette maladie est le risque de déshydratation (notamment pour les enfants et les personnes âgées). La durée d’incubation est de 1 à 3 jours et la phase aiguë de la maladie est généralement de courte durée : inférieure à 3 jours.

 

Cette liste est bien-entendu non exhaustive. Ces maladies ne sont pas à prendre à la légère, elles peuvent entrainer de graves complications, voire, dans certains cas, la mort. Il est important de consulter son médecin traitant dès l’apparition des symptômes. Il pourra vous donner des conseils pour limiter la contagion ainsi qu’un traitement adapté à votre état de santé.

 

Les modes de transmissions de ces virus

Ces micro-organismes utilisent plusieurs façons de "voyager", pour passer d’une personne à l’autre :

  • La transmission par les gouttelettes. Dans les postillons ou la salive, lors d’éternuements ou de toux, des gouttelettes chargées de virus sont projetées sur une autre personne ou peuvent rester en suspension dans l’air, ce qui engendre un risque important de contamination.
  • La transmission par contact de personne à personne. Le contact direct d’une personne infectée à une autre saine, lors des gestes de la vie quotidienne (se serrer la main, s’embrasser, s’accoler…) peuvent également être des facteurs de transmission.
  • La transmission par les objets : Le contact avec un objet utilisé par une personne infectée peut également être contaminant : verres, couverts, poignées de porte, boutons d’ascenseur ou encore jouets, tétines, écharpes…
  • La transmission par l’air : L’air, notamment d’une pièce occupée par une personne malade, peut être également contaminé, surtout si celle-ci est fermée et peu ou pas aérée.

 

Les gestes de prévention

Un certain nombre d’attitudes et de comportements simples à mettre en place, peuvent limiter les risques de propagation des virus et donc de contagion.

 

Le lavage des mains
Les mains font partie des "véhicules" préférés des germes ! Pour éviter qu’elles ne deviennent de vraies autoroutes à virus, il est nécessaire de les laver avec du savon, plusieurs fois dans la journée et notamment, avant les repas et leur préparation, après avoir visité une personne malade, après avoir éternué, toussé ou s’être mouché.

 

L’usage de mouchoir en papier
Pour éviter de propager dans l’air les gouttelettes d’eau contenant des virus, il est important de penser à se couvrir la bouche et le nez, lors de toux ou encore d’éternuements, grâce à un mouchoir en papier. Jeter ce dernier dans une poubelle fermée. Un lavage des mains est indispensable après cette opération.

 

Le port du masque
Le masque dit "chirurgical" est un bon outil de prévention, notamment lorsque l’on est malade, pour éviter de disséminer autour de soi les microbes. Il faut penser à le changer toutes les 4 heures environ (ou dès qu’il est mouillé) et, pour optimiser son efficacité, bien se laver les mains avant et après la manipulation du masque.

 

Éviter les contacts
Les contacts directs ou avec les objets (notamment des personnes malades) sont propices à la diffusion des virus, il est donc important de les limiter en évitant de se serrer les mains, de s’embrasser, de partager verres, couverts, écharpes, serviettes… ou encore d’éviter les lieux fréquentés (centres commerciaux…) notamment pour les personnes fragiles (enfants, personnes âgées…).

 

Aérer
Enfin, il est nécessaire d’aérer tous les jours son habitation, pendant au moins 5 à 10 minutes, afin de renouveler l’air.

 

 

En savoir plus/sources
www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr
www.inpes.sante.fr