Dossiers santé

Alcool et conduite : une combinaison perdante !

L’alcool, produit familier des soirées étudiantes, donne l’impression de se sentir bien, d’être capable de plus de choses et d’avoir confiance en soi. Mais tout ceci n’est qu’illusion. Ce produit est responsable de nombreux accidents, à commencer par ceux de la route.

 

 

Les effets de l’alcool sur la conduite

L’alcool a de nombreux effets sur le corps qui sont incompatibles avec la conduite d’un véhicule :

  • réduction du champ visuel
  • sensibilité à l’éblouissement
  • diminution des réflexes
  • baisse de la vigilance
  • mauvaise appréciation des risques et des distances…

 

De plus, l’alcool provoquant une sensation de toute puissance, les risques d’accidents en sont augmentés.

 

 

Le risque d’accident mortel augmente en fonction du taux d’alcoolémie

X 3 à partir de 0,5 g d’alcool par litre de sang (2 verres environ)

X 10 à partir de 0,8 g d’alcool par litre de sang (3 verres environ)

X 35 à partir de 1,2 g d’alcool par litre de sang (5 verres environ)

X 80 à partir de 2 g d’alcool par litre de sang (8 verres environ)

 

 

Les permis probatoires : 0.2g d’alcool par litre de sang

Depuis le début de l’été, une nouvelle réglementation est entrée en vigueur concernant l’alcool et la conduite. Pour tous les permis probatoires, le taux d’alcool désormais autorisé est de 0.2g d’alcool par litre de sang.

 

0.2g/l c’est zéro verre d’alcool
En effet dès le premier verre d’alcool ce seuil peut être dépassé

 

 

Cette nouvelle réglementation s’applique à tous les jeunes conducteurs pendant* :


  • 3 ans après l’obtention du permis, la perte de 12 points ou l'annulation de son permis,
  • 2 ans si le permis a été obtenu dans le cadre de la conduite accompagnée.

 

 

Les sanctions encourues en cas de non respect*

Les jeunes conducteurs contrôlés avec un taux d’alcoolémie supérieur ou égal à 0,2 g/l encourent :


  • un retrait de 6 points sur leur permis.
  • une amende forfaitaire de 135 €.
  • une immobilisation du véhicule.

 

Être responsable au volant, en ne consommant pas d’alcool,
C’est se respecter soi-même, ses passagers ainsi que les autres utilisateurs de la route.

 

* Source : sécurité routière, INPES