CV et lettres de motivation

CV, lettre de motivation, entretien d’embauche : partez gagnant !

 
Stratégique dans votre recherche d'emploi, de job ou de stage, le Curriculum Vitae doit vous être fidèle, résumer de manière factuelle votre parcours (études et expérience) et laisser entrevoir votre personnalité.
Couplé à la lettre de motivation, c’est le média qui va vous permettre de faire vos premiers pas dans le monde professionnel et retenir l’attention du chargé de recrutement pour décrocher le fameux entretien d’embauche où tout va se jouer !
 
 

CV : les règles à respecter  

 
Mais quel guide pour la rédaction, tant il existe de tendances qui promeuvent des types de CV dont la simple recherche de modèles par internet donnerait tout simplement le vertige ?
Chaque année, les professionnels du recrutement nous dictent en effet de positionner telle rubrique avant telle autre, en rebaptiseront certaines pour éveiller un nouveau sens de lecture au prix d’une originalité déroutante … Vous l’aurez compris, il n'existe pas de formule magique pour atteindre la perfection en matière de CV.
 
Pour vous aider dans l’élaboration de votre CV, nos conseils s’organisent par rubrique structurant un CV classique. 
 
 
Objectif : être clair dans le déroulé de sa formation et de son expérience, être percutant dans la mise en page pour retenir l’attention, montrer son adéquation avec le profil du poste.
 
 
Style et mise en page 
 
La mise en page de votre CV a toute son importance. Soignez-la en évitant le tout classique ou tout original. Il vous appartient de veiller à ce juste équilibre. Toutefois, misez sur une mise en forme attrayante, claire et aérée, avec un soin apporté au choix de la typographie, à la couleur des liserés de séparation des rubriques, à la qualité de la photo. Le recruteur en reçoit par centaines chaque mois et le vôtre doit pouvoir sortir du lot grâce à une présentation qui invite à la lecture spontanée. Des logiciels de bureautique vous proposent quantité de modèles pré- formatés dont vous pouvez vous inspirer mais que vous aurez intérêt à personnaliser pour éviter de proposer un CV trop standard. Pour un étudiant il doit autant que faire se peut tenir sur une seule page, mais si le parcours le justifie, il peut exceptionnellement courir sur 2 pages. 
 
En haut à gauche, vous devez traditionnellement positionner le pavé contacts : prénom, nom, et coordonnées ... à droite votre photo. 
Si elle n’est pas obligatoire, elle  reste appréciée par les recruteurs. Choisissez-la bien et ne vous ridiculisez pas en apposant une photo fantasque… Tendance Facebook ou non, les photos d’étudiant potache relèvent du déjà vu et les recruteurs s’en agacent.
Faites la chasse aux coquilles et autres fautes d’orthographe, quitte à le faire relire par un de vos proches. Un CV truffé d’erreurs, sans être immédiatement disqualifié, vous porterait préjudice.
 
Concernant le titre du CV, il n’est pas obligatoire mais cela peut aider à situer votre domaine d’expertise ou le poste que vous ciblez d’emblée. Attention toutefois à ne pas trop vous cloisonner dans une fonction qui masquerait votre polyvalence. 
 
 
L’architecture : les rubriques incontournables  
 
Formation et expérience professionnelle
 
Vous devez rédiger de façon chronologique ces deux rubriques, les dernières études ou expériences devant apparaître les premières. Ainsi, le recruteur repère immédiatement votre cursus en cours, vos derniers diplômes et emplois occupés. 
En qualité de jeune diplômé, vous aurez le réflexe légitime de mettre en avant votre formation, ce qui constitue une référence importante et immédiate à vos yeux. Mais vous ne devez pas négliger la formulation de votre expérience, même si à vos yeux elle ne vous paraît pas substantielle. L’employeur cherche avant tout des compétences chez un candidat, les diplômes ou formations apportent un éclairage sur l’environnement de vos compétences. 
Pour ce faire et synthétiser vos expériences, vous devez procéder à un tri entre celles qui sont le plus significatives et celles qui ne correspondent pas directement au profil du poste recherché. Astuce : en fonction du poste pour lequel vous allez candidater, n'hésitez pas à construire plusieurs CV qui positionneront prioritairement, par entreprise ciblée, vos compétences et expériences. 
 
N’alourdissez pas inutilement votre CV de mentions et commentaires qui n’apportent pas au recruteur d’informations essentielles sur la lisibilité de votre parcours.  
Pour la citation de vos diplômes et désignation de vos établissements d’étude, explicitez les abréviations pour éviter de faire de votre CV une collection d’acronymes incompréhensibles. Indiquez précisément le nom de l'entreprise, l’intitulé du poste ou de la mission occupés, la durée de votre expérience, les missions effectuées, et si possible les résultats obtenus 
Au travers de ces deux rubriques, on doit également pouvoir déceler votre tempérament, votre esprit d'initiative et sens de l’adaptation, par le biais d’indication des responsabilités que vous avez eues, des conduites de projet que vous avez menées à bien, des collaborateurs encadrés par vos soins.
 
Langues étrangères 
 
Indiquez les langues que vous maîtrisez. Ne manquez pas d’être réaliste dans l’exactitude du niveau. Les mentions « lu, parlé, écrit » peuvent être remplacées par la notion « courant » voire « bilingue », si c’est votre langue maternelle par exemple ou que vous avez étudié un certain temps à l’étranger. Sachez qu’au cours de l’entretien d’embauche, notamment dans certaines entreprises à rayonnement international, les recruteurs peuvent soudainement basculer du français à la langue étrangère repérée dans votre CV pour apprécier réellement votre aisance.
 
Signalez les séjours ou années passées à l'étranger, si vous avez notamment fait partie d’un programme d’échange communautaire type Erasmus et le score des tests linguistiques (TOEFL, TOEIC, GMAT) si vous avez réussi l’un d’entre eux.
 
Outils informatiques 
 
A l’heure d’internet, des NTIC : nouvelles technologies de l’information et de la communication, des médias, il est souvent inconcevable pour un recruteur que vous ne maîtrisiez pas correctement un ou plusieurs logiciels. De surcroît, en qualité d’étudiant, quelle que soit votre discipline, vous devez  avoir approché un tableur (Excel), un traitement de texte (Word), un logiciel de présentation de type Power Point voire de traitement d’image et de mise en page : Photoshop,  Indesign, SPSS.
Inutile de préciser que vous êtes un usager d’internet ou des réseaux sociaux sauf si vous êtes un vrai geek et que vous souhaitez, dans le poste recherché, démontrer votre maîtrise d’outils web plus spécifiques qui séduiraient à coup sûr le recruteur.
 
Divers
 
Cette rubrique vous permettra d’y inscrire vos hobbies, activités culturelles, sportives, etc. Bref, tout ce qui relève du non-professionnel. Pour autant, cette partie n’est pas si anecdotique et doit laisser entrevoir en quelques lignes les traits de caractère ou compétences nécessaire en entreprise : le permis B, le sport collectif, l’obtention de votre BAFA, l’engagement associatif, ou votre passion pour le spectacle vivant, la lecture etc. renverront, par exemple, autant de signes de votre autonomie, de votre esprit d’équipe, de votre investissement, de votre curiosité au monde.
 
 

La lettre de motivation : convaincre dans un style personnel

 
La lettre de motivation est un outil essentiel pour décrocher un entretien, phase préalable à toute embauche. 
Il accompagne votre CV et manifeste, comme son nom l’indique, votre motivation pour le poste convoité.
Hier document manuscrit qu’on adressait par la poste, il est aujourd’hui de plus en plus accepté par les recruteurs en simple transmission par internet. Il doit vous permettre d’accrocher l’attention du recruteur.
La lettre doit être courte et concise : en quelques lignes, vous devez être capable de montrer que vous avez compris quelle était la nature du poste proposé et que vous avez les compétences pour satisfaire rapidement votre employeur. Il est donc inutile d’écrire un roman recto/verso au risque de ne pas être lu.
 
La lettre de motivation sera différente suivant que vous répondiez à une offre d’emploi ou que vous procédiez à une candidature spontanée. Dans le premier cas, vous devrez bien montrer que votre candidature est une réponse adaptée au poste proposé, dans le second cas votre candidature est plus liée à l’entreprise et à son environnement qu’à un poste en particulier. C’est pourquoi, en envoi « massif » de candidatures spontanées, n’envoyez jamais de lettres types. Sil s’agit du même secteur d’emploi, à tout le moins, tâchez d’en personnaliser un paragraphe qui corresponde vraiment à l’entreprise. 
 
Votre lettre ne doit pas totalement paraphraser votre CV. Ne vous privez pas de mettre en valeur un ou deux points essentiels de votre curriculum, dans un souci de marquer l’esprit du lecteur. 
Dans un style personnel et convaincant, votre lettre doit être soignée. Ne négligez donc la qualité de votre graphie (vous devez être lisible), une mise en page aérée et faites relire ce courrier à un de vos proches. Une bonne orthographe et syntaxe sont des sésames qui renvoient de vous une image positive et vous ouvriront les portes d’un éventuel entretien. 
 

Liens utiles où vous trouverez des modèles de CV et des guides de rédaction de lettre de motivation

 
 
 

L’entretien d’embauche  

 
Félicitations ! Vous avez enfin décroché un entretien suite à votre candidature. C’est un temps fort du procesus de recrutement au cours duquel vous allez devoir convaincre que vous avez le profil du poste et que vous êtes le meilleur candidat pour l’exercer. Avant tout, n’oubliez pas qu’un entretien d’embauche n’est pas un exercice d’improvisation. Pour être réussi, il se prépare avec soin. Avant d’être interrogé, posez-vous, vous-même, les bonnes questions !
 
 
Quelques conseils essentiels à suivre :
 
Un entretien pour apprécier si vous avez le profil du poste
 
Dès réception de votre convocation à l’entretien, renseignez-vous le plus possible sur l’entreprise, son activité, son organigramme, ses valeurs, ses enjeux … 
En moins d’une heure le plus souvent, le recruteur (responsable/directeur des ressources humaines) se fera une opinion sur votre candidature, alors ne négligez rien. Tout a une importance : ce que vous allez dire, votre habillement, votre comportement et votre capacité à rebondir avec sincérité et pertinence sur les questions du recruteur.
L’entretien est déterminant à plusieurs titres. Il permet d’apprécier votre compétence et votre motivation pour le poste proposé, votre niveau d’opérationnalité, d’adaptation à la culture de l'entreprise, vos attentes, votre disponibilité par rapport au temps consacré à vos études, votre personnalité.
 
 
Avant l’entretien : évaluez les points forts et faibles de votre candidature.
 
Avant de vous y rendre, prenez le temps de bien relire le descriptif du poste visé et préparez-vous à répondre à une estimation des questions qui pourraient vous-être posées. Même si le poste ne représente pas d’enjeu sélectif qui vous paraisse majeur, vous devez vous exercer à envisager nombre de scenarii. Faire le point sur ses compétences et son aptitude face au poste vous permettra de répondre aux questions du recruteur avec sincérité et pragmatisme. Au travers de l'annonce, identifiez les mots clés les compétences requises pour le poste afin de ne pas vous égarer en digressions inutiles. Axez votre discours sur les attentes du recruteur. Par des exemples concrets, formulez vos principales expériences et avec le recul nécessaire le retour que vous pourriez en faire le jour de l’entretien. 
 
Astuce. Certaines questions peuvent comporter des pièges. Le recruteur vous poussera, par exemple, à revenir sur des expériences jugées moins réussies ou des traits de votre tempérament qu’il semble détecter. Pour éviter d’être déstabilisé, tournez-les à votre avantage. Lorsque vous évoquerez vos points faibles, concluez toujours positivement en expliquant de quelle manière vous les avez pris en compte pour les corriger. N’hésitez pas enfin à vous faire coacher par un(e) ami pour tester vos temps de réaction et votre sens de l’à propos.
 
 
Quelques questions fréquentes posées au cours de l’entretien :

"Pourquoi avez-vous adressé votre candidature à ce poste ?"
"Quelles missions vous plaisent particulièrement, et pourquoi ? "
"Comment comptez-vous concilier travail et études ? " (si vous êtes encore étudiant)
"Vous projetez-vous, en tant que jeune diplômé, dans notre entreprise à long terme ? "
"Quel objectif de carrière vous êtes vous fixé à moyen et long terme ? "
"Pourquoi avez-vous choisi notre entreprise proposant ce poste ? "
"Quels sont vos atouts, quelles sont vos faiblesses ? "

 
 
 
Le Jour J : présentez-vous sous votre meilleur jour.
 
Comme pour un examen, pensez à bien dormir la veille de votre entretien. Le jour J, n’arrivez pas en dilettante. Soignez votre présentation. Soyez ponctuel au rendez-vous fixé (entreprise, commerce, cabinet de recrutement) même légèrement en avance … Dès votre présentation à l’accueil,  votre attitude compte. Elle envoie les messages que vous voulez faire passer pendant toute la durée de l’entretien. Les recruteurs ont l’œil et attachent une certaine importance à ce qu’on appelle la communication non verbale. Autant de signes qui peuvent aller dans le sens d’une bonne perception de votre relationnel avec autrui : sourire, dynamisme, courtoisie, disponibilité physique se traduisant par une attitude avenante vis-à-vis de votre interlocuteur. 
 
 
Conduite de l’entretien 
 
Même si vous ne vous projetez pas de la même manière dans un emploi pour financer vos études que si vous sortiez de votre cursus pour rentrer de plain pied dans la vie active, vous devez avoir en tête que vous ne susciterez aucune indulgence particulière. A cette étape du processus de recrutement, surtout si vous n’êtes plus que quelques candidats « en compétition », vous devez l’emporter en mettant toutes les chances de votre côté. Si ce premier contact est concluant, il sera suivi d’un second voire d’un troisième entretien plus décisif. S’il est parfois difficile de masquer son trac, sachez que cette sensation est non seulement normale mais nécessaire. Au cours de l’entretien, tâchez de contrôler votre posture, moduler le débit de votre voix, d’articuler… Surtout, ne parlez pas trop vite  et respirez entre vos différents développements. Vous devez être audible et paraître serein.
 
Le déroulé classique d’un entretien d’une heure généralement comprend 3 étapes : 
 
1. Vous vous présentez  
 
Le recruteur vous donne généralement la parole dans un premier temps pour vous présenter : reprenez les grands points de votre CV et les raisons qui vous ont amené à postuler pour ce job. Comme évoqué plus haut, vous devez vous entrainer à l'avance à cet exercice : préparez-vous, si possible avec un ami, à parler de vous, de votre parcours, de votre implication dans le poste et l’entreprise. Objectif : convaincre le recruteur par votre aisance et détermination.
 
 
2. Le recruteur s’intéresse à vous 
 
Il va vous poser un certain nombre de questions pour mieux vous connaître, obtenir des précisions sur parcours, vos études en cours, votre expérience, votre projet professionnel, la raison de votre candidature. S’il relève dans votre CV des expériences similaires à l’emploi offert (expérience dans la vente, dans le secteur de l’éducation, par exemple), il peut vous demander sur une mission en particulier d’avoir à développer les responsabilités qui vous ont été confiées. Ne soyez pas déstabilisé par des questions piège de type comportemental. Mais attention, conformément l'article L1221-6 du code du travail, il ne doit vous poser des questions qui  "ne peuvent avoir comme finalité que d'apprécier (votre) capacité à occuper l'emploi proposé ou (vos) aptitudes professionnelles". Autrement dit, il n’a pas le droit de vous poser des questions sur votre privée sous peine d’être accusé de discrimination à l’embauche.
 
3. Présentation du poste

Le recruteur vous présente l'entreprise, son fonctionnement, les tenants et aboutissants du poste et  et n’hésite pas à revenir sur les aptitudes et compétences requises ajustées au profil recherché. Il va ensuite s’assurer que vous ayez bien envisagé l’intégralité du poste en vous demandant si vous avez des questions.

 
Montrez votre intérêt pour le poste et l’entreprise.
 
En effet, un entretien d'embauche n’est pas unilatéral. Ce n’est ni interrogatoire ni une longue litanie redondante de ce qui est inscrit en toutes lettres dans votre curriculum. C’est avant tout un échange qui peut s’avérer pleinement enrichissant. Le plus souvent à la fin de l’échange, il vous appartient donc de demander des compléments d’information sur les missions qui vous seront confiées, sur l’organigramme de l’entreprise, les membres de l’équipe avec qui vous allez collaborer, … le nombre de candidats en lice. Ces questions qui manifesteront de votre part volontarisme et saine motivation vous feront marquer des points. En fonction du processus de recrutement, si c’est votre deuxième entretien par exemple,  vous serez amené à vous renseigner sur le salaire (s’il n'a pas été évoqué préalablement), les conditions de travail (ticket restaurant, congés, avantages du Comité d’entreprise etc.) et les éventuels aménagements horaires qui peuvent être accordés pour vous permettre de passer vos examens.
 
 
 
 
Discrimination à l’embauche

Sachez que le recruteur n’a pas le droit de vous poser des questions ou d’investiguer sur des domaines qui touchent de prés à la vie privée et l’intimité du salarié. L’orientation sexuelle, la situation matrimoniale, les activités syndicalistes ou mutualistes, les opinions politiques et les convictions religieuses du salarié sont des motifs explicitement développés par l'article L. 1132-1 du code du travail de discrimination à l’embauche.
Le même article recense d’autres motifs et vous permet, par conséquent, de connaître les types de questions qu'il est interdit de poser lors d'une phase de recrutement. Un candidat ne peut être également écarté en raison de son âge, son sexe, son appartenance, ou non, à une ethnie ou une nation, son apparence physique, son état de santé, son handicap...

Si vous estimez avoir été victime de discrimination à l’embauche, en ayant été écarté du poste au regard de l’un de ces motifs, vous pouvez portez plainte auprès du procureur de la République, saisir le conseil des prud’hommes ou le Défenseur des droits (ex Halde)

 
 

Partager cet article