Financer son logement

Un logement vous engage 

 
Pour vous qualifier à la location d’un logement dans le parc privé, vous allez devoir satisfaire à un certain nombre de critères, de nature financière. Les propriétaires, connaissant la difficulté à obtenir de la Justice, le paiement de loyers arriérés ou l’expulsion d’un locataire débiteur, veulent se prémunir à l’avance en faisant le bon choix du locataire solvable.
 
Leurs exigences peuvent être telles qu’au final un jeune aura moins de chance de se loger dans le privé qu’un salarié plus âgé. Heureusement, des mesures ont été prises par l’Etat pour contribuer à diminuer ce handicap et vous permettre d’accéder à votre logement indépendant.
 
 

Le dépôt de garantie 

 
Le bailleur a la possibilité d'exiger, à la signature du contrat de bail, le versement d'un dépôt de garantie, mais celui-ci ne peut être supérieur à un mois de loyer.
 
Ce dépôt de garantie est destiné à garantir l'exécution des obligations du locataire, le propriétaire étant en droit de retenir toutes sommes dues à un titre quelconque si le locataire n'a pas exécuté ses obligations locatives. 
La créance du bailleur peut ainsi être constituée par des arriérés de loyer ou de charges, mais aussi par des réparations résultant des dégradations commises par le locataire et constatées dans l'état des lieux, sous réserve qu'elles soient dûment justifiées.
 
N’oubliez donc pas d’effectuer, en présence du propriétaire ou de son agent immobilier un état contradictoire d’état des lieux au jour de votre entrée, et soyez précis sur l’état des peintures, les fissures, le nombre d’appareils électroménagers et leur fonctionnement etc. Ce formulaire s’achète dans toute bonne papeterie ou peut être téléchargé sur internet.
 
A votre départ, ce sera le document de référence pour déterminer si vous avez causé des dégâts qui justifient une retenue sur votre dépôt de garantie.
 
Le dépôt de garantie doit être restitué par le propriétaire au locataire deux mois au plus tard après sa sortie et la remise des clés.
 
 

La caution

 
Une caution est une personne qui prend le risque de s’engager à vos côtés sur le contrat de bail et qui s’oblige à payer à votre place si vous faites défaut. Vos parents sont évidemment les personnes qui sont le plus susceptibles de vous rendre ce grand service, mais il faut qu’ils soient agréés par le propriétaire, et il leur sera demandé de fournir des justificatifs de leurs revenus et de leurs derniers relevés d’imposition.
 
 

Le dispositif GRL

 
Il existe depuis peu un nouveau dispositif dit GRL (garantie des risques locatifs) destiné à permettre au propriétaire de s’assurer à bon compte  contre l’insolvabilité de son locataire. En conséquence, puisque son risque d’impayé est supprimé, il peut se dispenser de vous demander une caution personnelle. 
 
 
Voici comment ce dispositif fonctionne :
 
  • Le locataire parle de  la GRL à son bailleur à l’aide d’un dépliant téléchargeable ici
  • Il présente à son bailleur les éléments justificatifs de ses ressources (salaires, pensions, rentes, allocations...) permettant le calcul du taux d’effort* du locataire qui doit être inférieur à 50%.
  • Le bailleur peut alors souscrire au contrat d’assurance auprès d’un assureur adhérent au dispositif
  • Le locataire peut être aidé dans ses démarches par le CIL (Centre Information Logement) de son département : voir la liste

*taux d'effort : loyer + charges et taxes locatives mensuels / ensemble des ressources mensuelles y compris l’aide personnelle au logement.

 
 

L’aide Loca-Pass

 

Vous avez certainement déjà eu connaissance de ce dispositif financé et accordé par les organismes du 1% logement qui ne s’applique plus désormais que pour les logements conventionnés APL. Loca-pass s’adresse aux moins de 30 ans et consiste en un prêt à 0% et sans assurance. Vous pouvez bénéficier de la garantie Loca-pass et/ou du dépôt Loca-pass pour votre location. L'organisme s'engage alors à régler au bailleur le loyer et autres charges locatives en cas de loyers impayés. En contrepartie, vous devrez vous engager à rembourser les sommes avancées.
Attention : le prêt doit alors être remboursé dans un délai maximum de 36 mois après un différé de 3 mois. 
 
 
Pour en savoir plus sur vos droits : cliquez ici et/ou consultez le site d'aide au logement.
 

 

Les honoraires d’agence

 
Si vous ne contractez pas directement avec le propriétaire, vous devrez rémunérer l’agence immobilière à laquelle ce dernier a confié la recherche de son futur locataire. Les honoraires de l’agent immobilier n’étant pas encadrés par la loi, ils sont donc libres et peuvent faire l'objet d'une négociation. Nous vous conseillons de comparer les différentes offres proposées par les différentes agences locales. Le plus souvent, le prix de la commission est équivalent à celui d'un mois de loyer hors charges pour un bail normal de 3 ans.

Les honoraires de l'agent immobilier sont perçus après la signature de la location. La loi prévoit que les frais d'agence doivent être partagés par moitié entre le propriétaire et le locataire (article 5 de la loi 89-462 du 6 juillet 1989).

Attention : si l'agent immobilier vous facture une somme supérieure à votre part du montant, n’hésitez pas à lui adresser un courrier afin de faire valoir vos droits.

 
 

Autres charges à prévoir 

 
L’autonomie a un coût. Les étudiants consacrent près de 50% de leur budget au logement. Hormis le loyer, le dépôt de garantie, les éventuels frais d’agence, d’autres charges sont à prévoir dès votre installation. Pour bien évaluer et apprendre à gérer votre budget logement, nous vous en rappelons les incontournables.
 

L’assurance habitation 

 
Réclamée par le bailleur dès l’entrée dans les lieux, l’assurance multirisque habitation revêt un caractère obligatoire. Mais pour un prix modique, celle-ci vous couvre pour des dommages parfois conséquents que vous pourriez causer à l’appartement que vous occupez ou à un tiers : incendie, dégât des eaux, sinistres électriques …
 
C’est pourquoi, vous ne pouvez faire l’impasse sur ce poste indispensable. Les contrats  d’assurance étudiants sont généralement adaptés à votre mode de vie et à la nature de votre logement : chambre en résidence universitaire, studio, T1, T2 … Certains fonctionnent en tacite reconduction. Quant à la cotisation, elle peut être mensualisée pour vous aider à lisser l’ensemble de vos frais de rentrée. 
 
Pour en savoir plus, retrouvez ici notre article "bien assurer son logement".
 
 
Bon plan

Consultez également l’offre assurantielle logement proposée par Vittavi et son partenaire pour préserver votre tranquillité dans votre nid douillet !

 
 

Les charges locatives

 
Si votre loyer mensuel s’entend HC (Hors charges), cela induit qu’il faudra y rajouter les charges locatives liées à l’entretien des parties communes (prestations collectives), des frais de gardiennage etc. ou des parties individuelles telles que la part qui vous revient de consommation de chauffage, d’abonnement au câble TV de la résidence, l'eau chaude et froide en fonction de la consommation des compteurs…
 
 
Ces charges vous sont demandées par le bailleur à titre de provision mensuelle de manière détaillée et feront l’objet d’une régularisation au moins une fois par an en fonction de ce que vous avez déjà versé et des dépenses effectives du propriétaire. C’est simple, si les provisions sont supérieures aux dépenses réelles, le propriétaire vous reverse alors le trop-perçu. Dans le cas contraire, il vous demande un complément. 
 
 
Pour éviter les mauvaises surprises, et avant d’élire domicile, vérifiez que le montant de ces charges ne vient pas gonfler votre loyer au point de grever votre budget !
 

La taxe d’habitation 

 
Pour votre habitation personnelle, quelle qu’en soit la surface et la nature, vous devrez acquitter la taxe d’habitation au 1er janvier de l'année d'imposition. Si vous louez votre appartement dès la rentrée universitaire, en septembre 2014, et que vous l’occupez toujours au 1er janvier de l’année suivante, vous devrez régler cet impôt local au trésor public en octobre 2015. Soyez donc prévoyant en thésaurisant cette somme. Certes le montant de cette taxe est variable d’une région à l’autre et peut même augmenter chaque année, mais vous pouvez en avoir une idée en vous informant des pratiques dans votre ville. Sinon, il est toujours envisageable de vous faire mensualiser auprès de votre centre des impôts.
 
 
Bon à savoir

Si vous êtes en mode colocation, la taxe qui est calculée par local et non par individu n'est due qu'une seule fois. Si par ailleurs vous résidez dans une résidence gérée par le CROUS ou chez l’habitant sans entrée privative, vous en êtes exempté.

 

Partager cet article