Un 115 surbooké

Actualités ville

Le 115, le numéro d’urgence pour les sans-abri, est complètement saturé.

 

Plus d’un appel sur deux est redirigé et les personnes appelant ne trouve pas de solutions : les places en structure d’accueil manquent cruellement.

 

Face à une demande de logement toujours plus forte, l’insuffisance de moyens est la principale cause  de ce manque. En décembre 2012, 57 % des appels sont restés sans réponse contre 49 % un an plus tôt.

 

Les plus touchés reste les familles (64 % de réponses négatives) car la plupart des structures déjà existantes sont inadaptées à leur accueil. La seule solution pour les familles dans le besoin est l’hôtel, mais cette solution est coûteuse et souvent de mauvaise qualité.

 

Ce mois de décembre 2012 fut  particulièrement dense : 15.516 personnes ont appelé le 115 pour un hébergement (augmentation de 22 % par rapport à 2011). Les durées de séjour en structure ne varient pas, 56 % des demandes ne sont que pour une seule nuit.

 

Dans certains départements, une alternance de l’aide est mise en place : la solution proposée n’est que pour une, deux voire trois nuits puis les personnes sont « remises à la rue » et obligées de recomposer le 115, souvent juste après.

 

Un renforcement du dispositif est annoncé à Paris (qui compte 1 323 places d’hébergement) : 85 places supplémentaires vont être créées.

 

C’est un début, mais quand on connaît le nombre de demandeurs, cela paraît ridiculement petit…

Partager cet article