Houston, nous avons un problème !

Actualités ville

Cette mission, simulée en 520 jours en Russie, a relevé un problème en particulier : celui du sommeil et de ses dérèglements.

 

Ces dérèglements pourraient poser de sérieux problèmes aux astronautes. En effet, durant cette expérience (vol aller de 250 jours, un séjour sur Mars de 30 jours et un voyage retour de 240 jours), les scientifiques ont étudié les effets physiologiques et psychologiques d'un long séjour comme celui-ci dans l'espace à l'aide d'instruments mesurant les mouvements, les périodes de sommeil et d'éveil, la capacité de concentration, le degré de fatigue, de stress et les tensions des astronautes.

 

L'analyse des données recueillies révèle que le temps de sommeil et des périodes de repos des membres de l'équipage Mars500 augmentaient très fortement.

 

Une mauvaise synchronisation des rythmes circadiens, un cycle naturel de 24 heures (jour, nuit) est à prendre en compte.

 

 

 

Il est donc nécessaire de maintenir ce rythme, de manière artificielle, dans la capsule pour assurer une quantité et une qualité suffisantes de sommeil, ce qui permet une activité optimale une fois les astronautes réveillés.

 

Pour maintenir ce cycle ainsi que la santé mentale et physique du groupe, il faut une exposition suffisante à la lumière, une nourriture adaptée et de l'exercice.

 

L’expédition Mars 500, si elle a lieu, sera la plus grande expédition jamais lancée (les précédentes ne duraient jamais plus de six mois et ont été effectués dans la Station Spatiale Internationale (ISS) ou l'ancienne station orbitale russe Mir).

 

En 2015, deux astronautes resteront un an dans l'ISS pour étudier les effets de séjours prolongés dans l'espace sur l'organisme humain.

 

Partager cet article