Halte au tabagisme passif

Actualités ville

À Bordeaux, la cour administrative d'appel a tranché : une employée non fumeuse a bel et bien souffert de tabagisme passif sur son lieu de travail, ce qui a provoqué chez elle un cancer des poumons.

 

La loi Evin n’a donc pas été respectée, ce qui a voulu à l’employeur une condamnation.  

 

La cour d’appel a jugé que « le préjudice résulte directement de la faute que l’école a commise à partir de 1992 en s'abstenant alors de faire respecter le dispositif antitabac, préjudice qui doit être intégralement réparé".

 

L’école qui employait la victime doit donc l’indemniser pour « la perte de chance d’éviter » l’apparition du cancer à cause de l’exposition au tabac qu’elle a subi au travail.

 

C’est la première fois en France qu’une décision de justice lie entre eux le non-respect de la loi Evin et l’apparition d’un cancer.

De nos jours, il n’est pas possible d’identifier l’élément déclencheur d’un cancer du poumon, on sait seulement que le fait de fumer entraine une augmentation des mutations de cellules cancéreuses.

 

Le risque de développer un cancer du poumon chez un non fumeur (avant 85 ans) est de 1 %, chez un fumeur, il augmente directement de 2000 %, donc le risque est de 20 % !

 

Si on fait le calcul, la probabilité d’apparition de cancer chez un non-fumeur passe donc de 1 % à 1,2 %.

Partager cet article