Février, le mois le plus court de l'année… mais… 28 ou 29 jours ?

Actualités ville

Calendrier

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Certaines nous offrent un jour en plus… à moins que ce ne soit un jour en moins…

Qu’est-ce qu’une année bissextile ?… et comment expliquer cette partie de cache-cache avec le 29 février ?

 

Pour comprendre, remontons à l’ère romaine durant laquelle Jules César fît adopter, pour le calendrier Julien, un cycle solaire de 365 jours et, dès lors, la confirmation de janvier comme premier mois de l’année. Inspiré par le calendrier égyptien, l’astronome grec Sosigène d’Alexandrie mandaté par César affirma qu’il fallait s’aligner au mieux avec la durée de l’année tropique (année suivant le rythme des saisons). Celle-ci s’étendant sur 365,242198 jours et non pas exactement 365 jours, il fallut ajouter un jour supplémentaire tous les quatre ans.

Ce fameux jour intercalaire fut placé le sixième jour avant les calendes de mars. Il double ou bisse le VI ( sextili en latin). Par extension, une année, donc, bissextile comprenait deux fois le sixième jour avant le premier mars soit… un 23 février bis.

Pour se fondre au mieux dans la course de la terre autour du soleil, aujourd’hui encore, nous avons conservé ce système : tous les 4 ans, l’année est déclarée bissextile, elle compte 366 jours, la journée supplémentaire étant, elle, ajoutée en fin de mois : l’énigmatique 29 février !

 

Alors, cette année… ce sera avec ou sans 29 février ???

 

La minute de mathémathique

Il existe une règle pour savoir si une année est bissextile :
n’importe quelle année divisible par 4 et non divisible par 100 est une année bissextile : par exemple, 1992, 1996, 2012, 2016 sont des années bissextiles, tandis que 2013, 2014, 2015 ne le sont pas.

Toutefois les années divisibles par 100 pouvant être divisées par 400 sont aussi des années bissextiles : par exemple 2000, 2400 en sont… quand 1900, 2100, 2200, elles, n’en sont pas.

Partager cet article